Définition

Le Yaoi (やおい) est un sous-genre des mangas et animes, le plus souvent pour filles, dans lequel l'intrigue est centrée autour d'une relation homosexuelle entre personnages masculins, et comportant des scènes sexuelles. Plus précisément, il s'agit de relations homosexuelles idéalisées, avec des personnages masculins efféminés. Les véritables mangas homosexuels étant beaucoup plus rares et bien plus "virils".

C'est en fait l'acronyme de  [ヤマなし、オチなし、意味なし」yama nashi, ochi nashi, imi nashi : « Pas de pic, pas de chute, pas d'histoire ».

À l'origine le terme fut inventé pour désigner des dōjinshis (mangas utilisant des personnages non-originaux, le plus souvent dessinés par des amateurs) comportant des scènes érotiques entre personnages masculins issus de mangas, de séries animées ou de jeux vidéo populaires (Saint Seiya, Captain Tsubasa, Gundam Wing, Final Fantasy VII, etc.).

La popularité des histoires mettant en scène des couples homosexuels, avec ou sans graphisme sexuel, n'a été que grandissante parmi le public féminin japonais. Avait suivi une production d'œuvres originales réalisées par des auteurs professionnels : c'est la naissance du manga yaoi à part entière.

Si « yaoi » ne désigne au Japon que la portion des œuvres ayant un contenu sexuel, le terme est aujourd'hui souvent utilisé par les fans occidentaux par abus comme un terme général pour désigner toute forme de romance entre deux hommes, même si elle est uniquement suggérée.

Les termes japonais pour actif et passif sont respectivement seme et uke.

Il ne faut pas confondre le yaoi avec le yuri (relations homosexuelles entre femmes).

 

BL, shōnen-ai et shota

Le terme moderne utilisé par les maisons d'éditions japonaises pour catégoriser les œuvres commerciales ayant pour intrigue une romance entre hommes et destinées à un public féminin est Boy's Love (BL).

On retrouve aussi encore le terme désuet shōnen-ai que les fans occidentaux utilisent pour désigner une romance homosexuelle sans relation sexuelle dessinée. Le Yaoi est alors le pendant du shōnen-ai, un sous-genre du BL, désignant le reste des œuvres au contenu 'adulte'.

Au Japon, shōnen-ai était utilisé dans les années 1970 à 80 pour désigner des œuvres comme le Kaze to ki no uta de Keiko Takemiya ou Toma no shinzo de Moto Hagio et qui dépeignaient des relations romantiques tragiques entre jeunes garçons. Aujourd'hui, et toujours au Japon, le terme désigne des relations sexuelles entre garçons ou jeunes hommes.

Le terme shota désigne des œuvres dépeignant des relations, platoniques ou non, entre des hommes adultes et des enfants (souvent des garçons) ou entre des mineurs de moins de 16 ans : Cela peut donc être apparenté ou non à de la pédophilie. C'est pourquoi la plus grande précaution est à prendre quand on parle de shota. Par exemple, certaines fanfictions écrites à partir d'Harry Potter (avant la fin de la 6e année des personnages) et la plupart de celles écrites sur Gundam Wing sont du shota.

D'autres termes ont été en usage par le passé (June, Tanbi) mais sont tombés en désuétude depuis.

 

Lectorat

Le BL en général et le Yaoi en particulier sont destinés en principe à un public féminin.

Ces œuvres sont écrites par des femmes et pour des femmes, si bien qu'elles mettent en scène les fantaisies féminines et les fantasmes projetés par des femmes sur les univers homosexuels masculins. La relation homosexuelle dépeinte, sentimentale et physique, obéit en effet largement aux codes et aux normes imposées au couple hétérosexuel.

On y retrouve souvent un modèle du couple homme-femme, selon une rhétorique basique, avec un partenaire viril dominant (seme - du verbe semeru, dominer) et son amant efféminé et vulnérable à la psychologie "toute féminine" (uke - du verbe ukeru, recevoir). Ce stéréotype évolue dans certaines oeuvres, ainsi le uke devient le seme avec le même partenaire (Haru wo Daiteita de Nitta Youka) ou avec d'autres.

 

Yaoi et Hentai

De par sa définition d'œuvre à caractère sexuel, on croit abusivement que le Yaoi n'est qu'une simple œuvre pornographique centrée sur le sexe, rien de plus que du hentai ou pornographie pour fille. Les mangas, romans et animes yaoi offrent en fait un vaste panel de genres, de la comédie à la science-fiction, des robots géants à la romance de collégiens, avec en général des intrigues longues et complexes. L'acte sexuel y apparaît le plus souvent comme un acte d'amour, la romance servant toujours de toile de fond principale. Nombre de mangas yaoi sont même peu explicites. On notera d'ailleurs la tendance à ne pas dessiner les organes génitaux, même dans des anime yaoi très axés sur les relations intimes. Il n'y a guère que les dōjinshis yaoi cités précédemment qui minimisent l'intrigue au profit de l'acte sexuel.

 

Faits

Le marché des œuvres Yaoi s'est énormément développé ces dernières années et touche un public de plus en plus large, au Japon comme à l'étranger.

De nombreux shōjo mangas incluent des éléments BL, comme des relations ambiguës entre personnages masculins secondaires, sans pour autant en faire leur intrigue principale. Voir par exemple des œuvres telles que Angel sanctuary, Cardcaptor Sakura, X, Tsubasa Reservoir Chronicle ou Ouran High School Host Club, s'adressant à un large public.

De la même façon que des artistes amateurs ont détourné les personnages de leurs séries favorites pour écrire et dessiner des dōjinshis yaoi, des fans du monde entier ont adhéré à cette subversion appelée désormais Slash (nommé d'après la barre oblique appelée 'slash' en anglais, utilisée pour séparer les noms de deux personnages que les fans mettent en couple). Le slash reprend le principe d'utilisation des personnages d'une œuvre et de les mettre en scène dans une relation homosexuelle, peu importe leur orientation dans l'œuvre d'origine. Une telle pratique s'exerce artistiquement dans les œuvres écrites dites fanfictions ou graphiques dites fanarts. Il n'est pas rare de voir confondus Slash et Yaoi dans les fanfictions et fanarts à caractère sexuel.

 

Yaoi-Con

La seule convention entièrement centrée autour du BL en général et du Yaoi en particulier est la Yaoi-Con qui se tient tous les ans à San Francisco, et réunit des fans de tous les États-Unis (où le BL est le plus porteur) et du monde. Cette convention est destinée aux adultes et l'âge d'entrée minimal est 18 ans.

A noter qu'au Japon de très nombreux events organisés par des fans permettent aux cercles de vendre des doujinshis Yaoi. Ces conventions sont toutefois en général assez discrètes (sur invitation seulement pour certaines d'entre elles).

 

 

Wikipedia

 

 

Seme et uke


Les deux participants de la relation yaoi sont souvent appelés seme ( assaillant ) et uke ( récepteur ), termes qui trouvent leur origine dans les arts martiaux et n’ont aucune connotation péjorative . Seme vient du verbe semeru qui signifie attaquer, et uke, du verbe ukeru, recevoir l’assaut . Dans le monde occidental, on parle plutôt de dominé et dominant, mais seme et uke sont plutôt comparable à un lanceur et un receveur dans un jeu de balle . Tous deux sont dessinés dans le style bishonen, très idéalisés, mêlant les beautés masculines et féminines .
Le seme est souvent l’homme stéréotypé de l’univers manga : une apparence insensible, une certaine puissance physique, parfois doublée d’un attitude protectrice . Il a généralement un menton bien dessiné, des cheveux courts, les yeux fendus plus étroitement et un comportement masculin stéréotypé, voire macho . Généralement, c’est lui qui essaie de séduire l’uke . Celui-ci a des traits plus doux, androgyne voire féminins, des yeux plus grands, il est moins bien bâti et a souvent l’air physiquement plus faible . Son expérience des relations amoureuses et sexuelles est moins grande, et il arrive souvent que le manga mette en scène sa première expérience homosexuelle .
Un thème important dans le yaoi est le sexe anal, dans la mesure où presque toutes les histoires en font état à un moment ou à un autre . Une certaine interprétation veut que la réticence de l’uke face à la relation sexuelle réclamée par le seme fasse écho à la réticence éprouvée par le lecteur par rapport au sexe en général en tant que vierge . Un autre scénario commun est celui où le seme poursuit l’uke de ses assiduités presque sous la forme d’un viol, considéré comme l’expression de son amour . Il est donc malgré tout présenté comme sincèrement amoureux de l’uke . C’est un stéréotype qui attire les critiques, tout comme le fait que les protagonistes ne sont pas identifiés en tant qu’homosexuels, mais plutôt simplement amoureux de cette personne en particulier . On peut considérer qu’il s’agit d’une apologie d’un idéal d’amour tout-puissant, mais certains accusent ce stratagème d’être une manière facile d’éviter les préjugés qui frappent la littérature homosexuelle, présentant des personnages qui sont nés homosexuels . On rencontre ainsi de nouvelles histoires yaoi dont les personnages sont gay . Il existe aussi des critiques frappant l’uke en particulier, notamment son attitude ‘’féminine’’. On s’est demandé si le yaoi était hétéronormatif, puisqu’il respectait des stéréotypes masculins pour le seme et féminin pour l’uke . On a aussi noté que l’histoire était souvent présentée du point de vue de l’uke .
On ne peut cependant pas dire que toutes les oeuvres yaoi suivent ces tendances générales . Il arrive parfois que le dominé soit l’instigateur de la relation, ou encore que le couple interchange les rôles sexuels . Le ‘’riba’’, contraction d’un mot traduit de l’anglais et signifiant ‘’réversible’’, est le nom donné à ces couples considérés par les fans de yaoi comme plausibles, bien que les partenaires assument tour à tour le rôle de seme et d’uke . Un autre mode de fonctionnement veut que l’auteur abandonne les caractérisations physiques habituelles distinguant seme et uke, et peigne les amants comme deux hommes d’égale séduction . Dans ce cas,  le rôle passif est généralement assumé par le personnage qui en prend la responsabilité .

 

Dojinshi


Comme son équivalent occidental le ''slash'', le dojinshi n'a pas de structure narrative typique et se base, depuis les années 70, sur des thèmes qui privilégient la science-fiction . Le dojinshi yaoi le plus courant présente des couples masculins homosexuels issus de manga ou d'anime déjà existants, où ces couples n'ont pas a priori de dimension romantique . La plupart de ces oeuvres d'origine relèvent du shonen ou seinen où une très forte amitié entre hommes est perçue par les fans comme pouvant cacher une attraction homosexuelle . Comme cette tendance à débuté autour de Captain Tsubasa et de Saint Seiya, on a longtemps appelé ce genre ''Captain Tsubasa''. Le co-fondateur de Comiket, Yoshihiro Yonezawa, a décrit ce genre comme ''des filles jouant à la poupée'' ( façon de caractériser les fans qui jouent avec leurs personnages préférés . ) Les fans de yaoi peuvent mettre en place des couples à partir de n'importe quel genre de personnage, parfois en développant certains penchants chez le personnage principal, ou parfois créant une histoire d'amour entre hommes puis attribuant les rôles à des personnages qui semblent convenir .


Matt Thorn a noté que contrairement à ce qu'on trouve dans le ''slash'', un élément homoérotique déà existant dans le matériel d'origine retire tout intérêt à la création de yaoi . Par exemple, From Eroica with Love est plus populaire parmi les slashers que parmi les yaoistes créateurs de dojinshi . Kazuko Suzuki souligne la façon dont la thématique du dojinshi s'est développé : on est passé d'une curiosité envers la sexualité à une revanche parodique contre les héros masculins, puis à un mouvement féministe, pour aboutir à l'exploration d'une relation idéale .
Une caractéristique importante des dojinshi les plus récents est l'absence de cadre médiatique, le statut de publication par des amateurs, généralement par et pour des adolescents . Ils se basent sur des personnages célèbres adolescents également ou âgés d'une vingtaine d'années, c'est à dire l'âge des fans . A la fin des années 90, le dojinshi a joué un grand rôle dans la popularisation du yaoi .
Même si les spécialistes se penchent plus couramment sur le dojinshi lié à un manga en particulier, n'importe quelle histoire célèbre peut être à l'origine de dojinshi, même sans rapport avec le manga comme par exemple Harry Potter ou le Seigneur des Anneaux, voire un jeu vidéo comme Kingdom Hearts et Final Fantasy .
La plupart du dojinshi est créé par des cercles réunissant des amateurs . L'un de ces cercles a donné le groupe CLAMP . Cependant il arrive que des artistes professionnels, comme Kodaka Kazuma, se lancent dans ce genre de création eux aussi . Certaines compagnies de publication ont eu recours au dojinshi publié dans les années 80 pour repérer des amateurs talentueux ; c'est ainsi que Biblos a engagé Youka Nitta .
Les conventions varient entre fans japonais et slashers : au Japon, la tradition est de caractériser le genre d'histoire par le nom des deux personnages célèbres mis en couple, le nom du seme le premier, et séparés par un X . ( Exemple : AragornXLegolas ) .


Global BL :


Le yaoi ayant acquis une certaine popularité aux Etats-Unis, quelques artistes américains se sont lancés dans la création de manga originaux en langue anglaise, à thématique homosexuelle . On a parlé de ''yaoi américain''. Ce qui était au départ un sous-genre peu représenté est devenu en 2004 un marché en pleine expansion, et de nouvelles maisons de publication se sont spécialisées dans la production de ces bandes dessinées crées par des auteurs non japonais, et parfois dans un style autre que manga . Comme ces oeuvres sont généralement publiées en anglais mais issues des quatre coins du monde, on n'utilise plus le terme de yaoi américain mais celui de Global BL, ou GloBL . ( BL = boys love )
Les maisons productrices de Global BL les plus importantes sont Yaoi Press, Drama Queen et Seven Seas Entertainment ; auparavant on parlait surtout d'Iris Print . Drama Queen a lancé en 2006 une anthologie de Global BL, sous le titre RUSH .

 

Publications :


Le premier magazine à avoir traité de ce genre a été June, créé en 1978 en réponse au succès commercial de manga shonen-ai comme ceux de Keiko Takemiya, Moto Hagio et Yumiko Oshima . En 2008, June continue à paraître, même si la tranche d'âge visée s'est considérablement élargie . Biblos éditait du yaoi depuis 1988 mais a fermé pour cause de banqueroute après que leur compagnie les ait lâchés, en avril 2006 .
Le BL japonais est vendu dans le monde anglophone par le relai de compagnies qui les traduisent et parfois les réimpriment dans le sens de lecture en usage en Occident . On compte parmi ces compagnies Digital Manga Publishing, Drama Queen, Kitty Media, Be Beautiful ( une annexe de Central Park Media ) et Tokyopop . Les premiers manga BL traduits officiellement sont sortis en 2003, et en 2006 on pouvait se procurer dans le commerce presque 130 oeuvres traduites en anglais .
Magazines relayant la publication de yaoi :


Statistiques du monde des fans :


On considère que la majorité des fans de yaoi sont des adolescentes ou de jeunes femmes, à un taux allant de 75 à 85 pour cent suivant les nationalités ; on dit souvent qu'il s'agit d'hétérosexuelles mais à la présence d'artistes yaoistes lesbiennes s'ajoute l'existence d'un public féminin lesbien, bisexuel ou en questionnement . Quoique le genre soit étudié pour attirer l'attention des filles, des hommes de toutes orientations sexuelles le lisent également mais cela ne veut pas dire que la majorité des homosexuels sont fans de ce genre : la plupart sont rebutés par le style de dessin féminin ou les représentations fantaisistes de l'homosexualité, et se tournent davantage vers le Gei comi ( gay comic ) écrit par et pour des homosexuels et jugé plus proche de la réalité . Mais Lunsing note que certains griefs se retrouvent aussi dans ce genre, notamment en ce qui concerne le mode de narration . Parmi les auteurs de yaoi, on trouve des hommes qui ont acquis le succès de cette façon avant de pouvoir se faire une place dans le monde du Gei comi . Thorn a remarqué que les fans ont tendance à préférer le yaoi au shojo, et Suzuki, qu'ils préfèrent le yaoi aux autres formes impliquant des scènes sexuelles, par exemple les histoires d'amour hétérosexuelles destinées à un public féminin .
Dans le milieu des années 80, les traductions de la série From Eroica with Love ont commencé à circuler dans la communauté de la ''slash fiction'', créant un rapport ténu entre le monde du slash et celui du shonen-ai . La communauté anglophone des internautes fans de yaoi a surpassé ces dernières années celle des fans de slash et on peut par ailleurs noter qu'elle est plus jeune, ce qui la rend moins critique à l'égard de représentations de relations sexuelles impliquant des mineurs . Kazuma Kodaka dit dans une interview que certaines fans sont des femmes mariées qui suivent ce genre depuis l'époque où elles étaient collégiennes . Youka Nitta a remarqué que ses lecteurs ont des attentes différentes : du sexe explicite pour les jeunes lecteurs et des éléments romantiques pour les plus âgés .
Au milieu des années 90, on a réalisé des estimations de l'importance de la communauté japonaise des fans de yaoi : de cent mille à cinq-cent mille personnes suivant les sources . A cette époque également, June comptait entre quatre-vingt mille et cent mille lecteurs, presque deux fois les chiffres obtenus par le magazine gay Badi, classé comme le plus vendu dans sa catégorie .
En 2003, il y avait autant de sites internet japonais consacrés au yaoi qu'à l'homosexualité . Le 16 novembre 2006, il y avait 770 000 websites yaoi .
En avril 2005, une recherche concernant les sites non japonais a donné 785 000 sites anglais, 49 000 espagnols, 22 400 coréens, 11 900 italiens et 6 900 chinois .
En janvier 2007, le mot ''yaoi'' avait été entré cinq millions de fois dans les moteurs de recherche .
En juillet 2008, on en était à 18,5 millions .




Essais critiques


Le manga BL, que ce soit shonen-ai ou yaoi, a reçu une attention considérable de la part des critiques, particulièrement après que des traductions en soient disponibles à l'extérieur du Japon . Les points de vue sont très divers . En 1983, Frederik L. Schodt observait que la relation homosexuelle décrite de façon esthétique avait une popularité croissante auprès des lectrices, et considérait ce phénomène comme une extension des thématiques bisexuelles déjà présentes dans le shojo . Les critiques japonais quant à eux y voyaient une opportunité offerte aux jeunes filles de considérer le sexe sans y associer l'image de leur propre corps, ce qui leur permettait d'occulter l'idée d'une sexualité adulte, et de découvrir une perception plus fluide des identités de genre, premier pas vers le féminisme et l'indépendance vis-à-vis des rôles attribués aux genres dans la société . Dans une théorie plus élaborée, Kazuko Suzuki y voit un mépris et un rejet du machisme et une volonté d'imaginer une relation idéalisée .
D'autres études ont suggéré que des questions de genre ou de politique plus radicales que cela sous-tendent l'émergence du yaoi . A en croire Shihomi Sakakibara, les fans de ce genre, elle comprise, seraient des transsexuels à orientation homosexuelle, désirant sans le savoir un corps d'homme pour soi-même comme pour le partenaire . Pour Sandra Buckley, les histoires mettant en scènes ces beaux jeunes gens sont l'apologie de l'imagination comme capable de trouver des alternatives aux différentiations de genres . James Welker a observé la façon dont le shonen-ai a permis à la critique de manga Akiko Mizoguchi de découvrir qu'elle était lesbienne, et il ajoute que les lecteurs de ce genre ne cherchent pas seulement à se libérer des valeurs patriarcales, mais du dualisme des genres et de la norme hétérosexuelle .
Certains gays et lesbiennes ont commenté le yaoi en mettant à l'index la façon dont il présente l'identité homosexuelle ; on a parlé dans les années 1992 à 1997 de ''débat autour du yaoi .” En mai 1992, l'activiste gay Masaki Sato a critiqué les fans et artistes de yaoi dans une lettre ouverte au magazine féminin Choisir . Il y affirmait que le yaoi ne donnait aucune information correcte sur la vie des homosexuels, les présentait comme tous riches, beaux et bien élevés, ignorait l'existence de possibles préjugés envers eux et la discrimination sociale dont ils auraient pu être frappés, et en faisait des fantasmes incarnés plutôt que des êtres dotés d'une personnalité . Les fans répliquèrent que le yaoi était un divertissement destiné au public féminin, et non un manuel d'éducation pour les homosexuels ou un documentaire sur leur vie au jour le jour . Le débat se calma au fur et à mesure que le recours à internet donna une alternative au monde gay pour se référer et s'identifier publiquement à moindre risque . Il reprit en 2003 lorsque Mizoguchi accusa les stéréotypes en usage dans le yaoi moderne de ne pas respecter la réalité, et d'être une variante hétéronormée des idées homophobes suivant lesquelles l'histoire doit avoir lieu entre un être perçu comme féminin et un être perçu comme masculin . En 2004, comme il l'avait déjà fait en 1993, Matt Thorn se pencha sur la complexité de ce phénomène et suggéra que les fans de yaoi cherchaient à compenser une situation qui ne les satisfaisait pas : celle de standards de la féminité auxquels on les poussait à adhérer, et d'un environnement social incapable d'accepter voire de reconnaître cette insatisfaction .

 

Merci à Karel pour sa traduction de Wikipedia !

Commentaires (14)

1. mortgage loans (site web) 21/08/2012

Some time before, I really needed to buy a house for my business but I did not earn enough cash and could not buy something. Thank God my dude suggested to get the personal loans (goodfinance-blog.com) from creditors. Thence, I acted so and used to be happy with my small business loan.

2. mortgage loans (site web) 21/08/2012

Some time before, I really needed to buy a house for my business but I did not earn enough cash and could not buy something. Thank God my dude suggested to get the personal loans (goodfinance-blog.com) from creditors. Thence, I acted so and used to be happy with my small business loan.

3. mortgage loans (site web) 21/08/2012

Some time before, I really needed to buy a house for my business but I did not earn enough cash and could not buy something. Thank God my dude suggested to get the personal loans (goodfinance-blog.com) from creditors. Thence, I acted so and used to be happy with my small business loan.

4. business loans (site web) 21/08/2012

I had got a dream to begin my company, but I did not have enough amount of cash to do that. Thank heaven my close colleague recommended to use the personal loans. Thence I used the short term loan and realized my dream.

5. business loans (site web) 21/08/2012

I had got a dream to begin my company, but I did not have enough amount of cash to do that. Thank heaven my close colleague recommended to use the personal loans. Thence I used the short term loan and realized my dream.

6. loan (site web) 21/08/2012

If you want to buy real estate, you will have to get the loan "goodfinance-blog.com". Furthermore, my brother all the time utilizes a short term loan, which occurs to be the most rapid.

7. mortgage loans (site web) 21/08/2012

If you want to buy real estate, you will have to get the loan "goodfinance-blog.com". Furthermore, my brother all the time utilizes a short term loan, which occurs to be the most rapid.

8. business loans (site web) 21/08/2012

If you want to buy real estate, you will have to get the loan "goodfinance-blog.com". Furthermore, my brother all the time utilizes a short term loan, which occurs to be the most rapid.

9. business loans (site web) 05/07/2012

I propose not to hold back until you get enough money to order different goods! You should get the personal loans or college loan and feel yourself free

10. HurstMarta (site web) 05/07/2012

I propose not to hold back until you get enough money to order different goods! You should get the <a href="http://goodfinance-blog.com/topics/personal-loans">personal loans</a> or college loan and feel yourself free

11. Sa-chat 20/04/2011

Je doit faire partie de celle qui veulent un corps d'homme ><
Sinon il est super cet article, bravo.

12. Lioange 17/08/2010

WOOOW Une documentation plus que complète!!! Bravo!

Je suis d'accord avec les fans de Yaoi. c'est un peu comme les romans à l'eau de rose... on a le droit de rêver... tout en sachant que ce n'est pas la vie réelle. Quoique certaine personne s'y perde et y croit. Pour ma part, un mec qui hurle de plaisir la première fois qu'il se fait prendre... j'y crois pas trop.

13. yoshiizumism 26/07/2010

en tout cas sils pouvait etre ausi bo ke ds les yaoi ce serai le reve

14. midori 09/06/2010

excuse moi je trouve que dans la vie reel c'est la ou les homosexuels sont le moins virils dans les yaoi ils sont plus "normal".

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×