be x boy critique 1

Critiques by Sam

 

P.3 : "Lovely Teachers" de Nase Yamato



Résumé
: Komori Tadamichi est un jeune professeur de primaire qui, malgré son implication, n'arrive pas à se faire respecter de ses élèves de CE1. Et pour ne pas arranger les choses, il est sans cesse comparé au merveilleux professeur de la classe d'à côté : Takigawa Kyô. A la fois pédagogue, gentil et séduisant, il a tout pour énerver Komori. Jusqu'au jour où il découvre son secret... La vie du charmant professeur n'est peut-être pas si parfaite que ça !

Un mot sur l'auteur : Nase Yamato est née à Tokyo un 16 août. Elle dessine exclusivement du Yaoi, et ses romans se passent trés souvent dans des écoles. Son style de dessin totu en rondeurs est trés reconnaissable et accompagne des histoires bien souvent délirantes où l'humour est toujours présent.

Avis : Histoire basique où l'on retrouve le contexte de la scolarité mais qui reste touchante et bien mise en valeur. On y trouve le thème du rejet face à l'homosexualité, des préjugés en particulier envers les enfants et la pédophilie. On peut y décerner un magnifique parallélisme avec la société actuelle en ce qui concerne la difficulté des enseignants face au culte de l'enfant roi, exigeant et indiscipliné. Mais qui peut-être facilement adaptable avec un bon coup de pédagogie que le professeur Takigawa résume parfaitement en une simple phrase : "Plutôt que de vous dire que vous êtes seul contre tous... dites-vous que vous êtes une équipe". Autre clin d'oeil à notre monde actuel, le thème de la précocité des générations d'aujourd'hui, ouvertes à la notion de sexualité de plus en plus tôt (avec les enfants de primaire lisant un livre sur les femmes adultères). Et qui peut se révéler être un magnifique clin d'oeil à l'ouverture plus précoce et naturelle des enfants à l'homosexualité. Ces petits indices que l'on pourrait penser anodins nous permettent cependant de nous identifier au monde de ces deux professeurs et d'établir un lien plus profond avec leur histoire. Le graphisme quant à lui est trés agréable à l'oeil quoiqu'assez "passe-partout". Le couple Seme/ Uke reste assez facile à dicerner avec le jeune professeur Komori, inexpérimenté dans son travail comme dans sa relation à l'homosexualité. Takigawa apparaît alors comme le parfait Seme, confiant et sûr de lui dans la vie comme dans sa sexualité, qui apprendra à Komori à travailler avec les enfants ainsi qu'à accepter ses sentiments à l'égard d'un homme. Petit bémol qui casse un peu ce stéréotype relationnel : les deux professeurs ont le même âge (25 ans), Komori reste un Uke au caractère assez fort et Takigawa un Seme en mal d'amour qui "supplie" presque son collègue de le laisser l'aimer. Les sentiments et les émotions sont trés bien retranscrits, on s'attache vite à ces deux jeunes professeurs ! En bref, c'est une jolie histoire à découvrir, qui nous ouvre doucement l'appétit pour ce premier numéro de Be x Boy.

 

P.40 : "Do you know my detective ?" de Hirotaka Kisaragi



Résumé : Les affaires se font rares pour l'agence de détective Onizuka. Shigure et Ryûnosuke sont parfois obligés d'abandonner leur job de détective pour bosser comme hôte et serveur dans un bar gay. On y fait parfois de drôles de rencontres, qui mènent à des enquêtes on ne peut plus saugrenues. Les qualités de stratège de Shigure et la force de Ryûnosuke leur seront d'une grande utilité pour résoudre leurs affaires !

Un mot sur l'auteur : Un homme qui dessine du Yaoi ! Le seul dessinateur masculin de yaoi publié dans ce magasine ! Hirotaka Kisaragi est né un 21 avril. Egalement connu pour ses histoires de shonen-Aï, ses oeuvres sont diverses, allant de Brother X Brother à Blood + en collaboration avec Yakou Joushi.

Avis : Un homme écrivant du Yaoi ! Je pense que l'exploit en lui-même est assez mémorable pour porter un avis positif sur cette histoire. Tout simplement parce que même si les traits plutôt durs et assez carrés des personnages (même féminins) laissent sous entendre une poigne masculine, que paradoxalement l'uke du récit (Shigure) apparait trés androgyne voire féminin, le déroulement de l'histoire et les sentiments qui s'y accordent sont mis en scène de manière tout aussi romancée que si nous avions affaire à une auteure (rappelons que les meilleures auteures n'hésitent pas à faire du Hard Yaoi !). Bien que Kisaragi nous dépeind ici l'histoire plutôt typique de l'uke assailli par de violents seme pour sa beauté et son courage détectivien, dont le seme "attitré" vient à la rescousse en tant que superhéros personnel, l'intrigue principale reste présente et bien ficelée. Sans compter le côté humouristique que l'on retrouve en particulier dans la scène de course-poursuite avec un chat (oui oui) portant sur lui une puce électronique contenant des renseignements capitaux pour nos détectives et les bandits qui les convoitent. Ryûnosuke est grand, beau et fort, mais un peu trop gentil et naïf. Shigure possède un caractère bien trempé, débrouillard mais son passé triste et mystérieux le place définitivement dans son rôle d'Uke fragile à protéger ("Si tu ne m'avais pas recueilli... Je serais encore en train d'errer dans les ruelles"). On retrouve donc ce lien de "soumission" assez typique entre un Uke et un Seme : "sache que j'appartiens déjà à un autre" énonce clairement Shigure à l'un de ses assaillant tout en donnant du fil à retordre à son Seme lorsqu'il s'agit de passer clairement à l'acte sexuel... en l'affublant d'un "Crève !" assez explicite mais qu'on ne peut que prendre sur le ton de l'humour. Nous voici donc en présence d'une histoire un peu plus sombre que la première où des éléments extérieurs malveillants entrent en jeu. L'intrigue ne tourne plus seulement autour de la relation des deux personnages principaux, elle -même reléguée au rang des petits accrochages, des gestes tendres et des baisers; la scène virant sur un débouché plus sexuel étant interrompue par... un chat ! Début qui nous ouvre l'appétit sur un côté plus intime de la relation et sur des probables révélations sur le passé de notre si impétueux Shigure. A suivre !



P.76 : "Silent Love" de Hinako Takanaga


Résumé : Satoru Tôno est amoureux depuis trés longtemps de Keigo Tamiya, mais sa timidité l'a toujours empêché de faire sa déclaration. Jusqu'au jour où c'est Keigo qui se déclare ! Surpris et choqué, Tôno répond du bout des lèvres. Son visage est totalement inexpressif, il n'arrive pas à montrer ses sentiments. Les malentendus s'enchaînent, nos deux amoureux vont-ils réussir à se comprendre ?

Un mot sur l'auteur : Née à Aichi, un 16 septembre, Hinako Takanaga est trés productive. Elle a plus d'une vingtaine de mangas yaoi et shonen-aï à son actif et se consacre également à l'illustration deromans. Son dessin trés fin est aussi adapté au drame qu'à la comédie.

Avis : Nous retombons ici dans une histoire centrée sur les sentiments des deux personnages principaux, les seuls d'ailleurs présents durant tout ce début d'intrigue. Le contexte est assez typique en soi puisque nous retrouvons le milieu scolaire et l'intrigue entre les deux lycéens tourne essentiellement autour de la timidité de Satoru et son inexpressivité. Le seme, incarné ici bien évidemment par Keigo, est celui qui se déclare. L'effet de surprise aurait pu être percutant si nous avions eu le loisir d'observer Satoru oisif, rêvant sur son beau Seme inaccessible en apparence, ou se torturant l'esprit à savoir comment combattre sa timidité pour se déclarer. Mais l'histoire débute sur la demande de Keigo et nous laisse un peu sans rebondissement pour la suite. Le reste de l'intrigue se résume à nous faire partager les pensées et les sentiments de Satoru envers Keigo, en résumé tout ce qu'il ne peut exprimer et partager avec l'homme qu'il aime. L'auteur nous explique dans les détails les évènements qui ont fait tomber amoureux notre Uke au visage figé. Le seul moment véritable que l'on pourrait mettre sur le compte de l'action, et qui ajoute un petit plus par rapport aux deux histoires précédentes, s'incarne dans la scène où Keigo initie Satoru au sexe. Première fois où le visage de Satoru ainsi que son corps en entier s'expriment au contact de celui de Keigo. La scène est émouvante en soi même si l'on a plutôt du mal à s'attacher aux personnages. Le graphisme plutôt basique lui aussi n'ajoute rien d'original à l'histoire sans pour autant l'affadir. Les traits fins et doux des personnages contribuent à mettre en valeur l'atmosphère sentimentale et quelque peu naive de l'histoire. Il faudra donc attendre la suite pour plus de rebondissements, en espérant que l'auteur corse un peu plus les choses dans cette relation au commencement et au déroulement plutôt soft.

 

P.120 : "Yebisu Celebrities" de Shinri Fuwa et Kaoru Iwamoto



Résumé : Haruka Fujinami, jeune diplômé a été embauché à temps partiel dans la plus grande agence de graphisme du pays : Yebisu Graphics. Les employés sont trés reconnus, à tel point qu'on les appelle les "Yebisu celebrities". Que fait Fujinami, jeune homme sans expérience dans une agence si réputée ? Peu importe, il a décidé de tout donner et de faire de son mieux ! D'autant plus qu'il est soutenu par le patron de Yebisu Graphics, qui semble prêt à lui laisser toutes ses chances comme s'il veillait sur lui.

Un mot sur l'auteur : Shinri Fuwa est née un 31 mars. Elle dessine essentiellement des yaoi et des shonen-aï, et est également l'auteur de Gravity Eyes. Trés productive, elle écrit des histoires aussi nombreuses que variées.

Avis : Shinri est une auteure des plus respectables qui nous montre bien à travers Yebisu Celebrities qu'on peut produire en quantité sans entâcher pour autant la qualité des produits. Ce début d'histoire se révèle trés prometteur en soi même si le ton n'est pas premièrement donné aux sentiments. Donc pas de Yaoi pur et dur, pas de scène de sexe pour ce début d'intrigue. Le personnage principal incarné par Haruka représente le parfait Uke débutant dans l'entreprise, qui va trés vite se retrouver entouré de personnages tout aussi charismatiques les uns que les autres : le patron de l'agence communément appelé le "Boss", grand brun à l'allure charismatique mais sympathique. Il semble veiller sur Shinji malgré son inexpérience tout en ne le favorisant pas particulièrement. On ne connait rien d'autre sur son identité pour le moment, en espérant que ce filon sera exploité dans les prochains chapitres ! Celui-ci vient accueillir notre jeune Uke directement devant l'entrée de l'entreprise et laisse notre imagination s'échauffer sur les raisons de cette démarche particulière et inhabituelle pour le boss d'une telle renommée. Ryô Watanuki, 31 ans, directeur Artistique, dans la fondation depuis sa création, grand brun poli a l'air pensif. Kazumi Masunaga, 27 ans, deuxième directeur artistique aux lunettes rondes et classiques, grand brun aux mêches tombantes sur un regard mystérieux. Akira Sasao, 24 ans, graphiste, le plus jeune de la fondation. Jeune homme accueillant et jovial.  Kaname Takashiro, 29 ans, responsable publicité, grand blond au regard doux qui n'hésite pas à proposer son aide à Shinri. Et enfin Yûki Kuge, 26 ans, graphiste blond au caractère plutôt froid et médisant qui n'hésite pas à mettre en doute la place de Shinji dans l'équipe dès sa présentation.  En bref, trés bon début d'histoire où la variété des personnages laisse à présager des confrontations trés intéressantes. L'admiration teintée de désir de Shinji envers son patron est à peine dévoilée, laissant le temps aux lecteurs de découvrir tout en douceur l'intrigue amoureuse qui semble prendre naissance dans le coeur de ce jeune graphiste.



P.160 : "Hey, sensei !" de Yaya Sakuragi



Résumé : "Je t'aime", voilà ce que Homura a écrit sur sa copie avant de la rendre au professeur Isa. Une copie blanche qui oblige le professeur à lui donner des cours de rattrapages exclusifs, pendant lesquels Homura ne manque pas de lui faire part de ses sentiments. Mais le jeune étudiant est également le frère de l'ex-petite amie du professeur. Pourra t-il résister longtemps aux demandes insistantes de son élève ?

Un mot sur l'auteur : Yaya Sakuragi est née un 6 juillet. Elle se consacre aux histoires yaoi. Ses romances distillent efficacement les sentiments d'une homosexualité qui s'annonce toujours avec humour et tendresse. Elle est également l'auteure de "Tu es à croquer"!

Avis : Nous revoici à nouveau dans le milieu scolaire (privilégié des auteurs yaoistes manifestement), pour une histoire assez basique entre un professeur et son élève. Malgré un contexte plutôt répétitif, le magasine a su varier le choix des couples en nous offrant une relation entre professeurs, entre étudiants et maintenant entre professeur et étudiant. Le graphisme particulièrement singulier de l'auteur, qui nous dépeind des personnages tout en grandeur aux traits fins et carrés, nous fait d'autant plus apprécier ce renouveau relationnel. Le couple phrare d'Uke / Seme est lui aussi revu à l'envers puisque le profil type du seme ne s'accorde non pas au professeur brun plus agé mais bien à l'étudiant à peine majeur qui lui court aprés ! Le caractère déterminé, fort et assuré d'Homura ainsi que sa taille légèrement plus importante que son professeur font de lui la personnalité dominante de l'histoire. Un jeune homme sachant ce qu'il veut et qui n'hésitera pas à faire son possible pour obtenir les faveurs de son professeur qu'il a connu toute sa vie à travers sa grande soeur. A l'inverse, le professeur Isa, pourtant assuré dans son travail, est un novice en matière de relation sentimentale, et particulièrement en terme d'homosexualité. Il n'a, en effet, jamais eu de relation intime avec une femme auparavant, n'arrivant pas à désirer le corps féminin. Il se retrouve donc à 27 ans, vierge de toute intimité. Homura sera le premier homme à lui faire la cour et à vouloir lui faire découvrir en douceur le plaisir donné par un homme (la scène la plus explicite s'arrête à la félation, nous plongeons dans le monde de l'intimité masculine par étapes). Isa mettra du temps avant d'accepter les avances de son élève impétueux, pensant qu'il se joue de ses sentiments vu que son seul partenaire dans la vie fut sa propre soeur. Mais bien vite, Homura mettra son professeur en confiance, nous faisant graduellement entrer dans cette nouvelle vie de couple qui débute dans une salle de cours.



P.198 : "Viewfinder" de Ayano Yamane


Résumé : Takaba Akihito est photographe indépendant et son travail l'amène à prendre de nombreux risques. A cause d'un scoop trop vite étouffé, il se met à dos Asami, un dangereux mais séduisant yakusa. Pourra-t-il lui échapper ?

Un mot sur l'auteur : Née un 18 décembre, Ayano Yamane est l'une des auteurs incontournables du yaoi. Son graphisme réaliste et ses intrigues complexes font de ses séries des oeuvres particulièrement originales.

Avis : "You're my loveprize in viewfinder" est un classique incontournable que Be x Boy se devait de mettre dans son premier numéro. Ayane Yamano, c'est le coup gagnant assuré ! Dans ce début d'histoire qui nous plonge directement au coeur de l'intrigue, Takaba se fait kidnapper par les hommes de mains du célèbre trafiquant de drogue : Asami. Le jeune photographe se fait tabasser mais ne révèle aucune information sur l'origine de ses photos qui n'ont pas été publiées. Agile et courageux, il arrivera à s'échapper de la poigne d'Asami mais il se fera capturer trés vite à nouveau... pour se réveiller nu et attaché à coup de ceintures noires. Asami est bien décidé à lui donner une leçon inoubliable... Cette histoire est la première à mettre en scène du Hard Yaoi, jouant sur le côté sado-masochiste du célèbre couple Akihito / Asami. Âmes sensibles s'abstenir, malgré un graphisme d'une beauté à couper le souffle, le réalisme de l'intrigue et du dessin se retrouve tout aussi bien dans les scènes de sévices sexuels infligés par le trafiquant. Asami finira par prendre possession du corps du jeune photographe drogué contre son gré, prenant autant de plaisir de sa jeune victime qu'il a pu lui en donner. Mais une fois relâché, Asami se verra trahi par l'inspecteur en qui il avait placé toute sa confiance et qui s'était occupé de lui jusqu'à présent. Asami revient alors en personne pour lui sauver la vie et abattre le policier à la double identité. L'ambivalence des gestes du trafiquant et le renversement de situation pour Akihito nous plongent dès ce premier chapitre dans l'univers complexe et riche en rebondissement d'Ayane Yamano, où les "gentils" ont autant de conscience que les gangsters et où les "méchants" peu recommandables vous sauvent la mise.


P.236 : "Welcome to the Chemistry Lab !" de Rie Honjoh



Résumé
: Le club de chimie est toujours désert et Kôsuke se retrouve donc souvent en tête à tête avec son professeur, le sévère Shibaura. Sévère avec tout le monde, sauf avec lui, si bien que Kôsuke ne comprend pas pourquoi il est le seul à continuer de venir au club. Mais à quoi bon chercher ! L'important, c'est de pouvoir être avec le prof Shiba...

Un mot sur l'auteur : Rie Honjoh est née un 19 mai. Sans un style épuré, elle utilise souvent l'école comme théâtre de ses romances entre hommes. Les caractères de ses personnages sont trés affirmés, et il n'est pas rare que la perversion prenne le dessus, mais pas toujours de celui qu'on attend.

Avis : Bingo, nous revoilà de nouveau plongé dans l'univers scolaire, où nous retrouvons le couple type du professeur et de l'étudiant. Mais cette fois-ci, les sentiments de l'élève Kôsuke nous sont dévoilés au fur et à mesure. L'étudiant nourrit une admiration et un désir secret pour son professeur. Mais aucun indice, à part le fait que Shabaura est sévère avec tous ses étudiants sauf Kôsuke, ne laisse présager de sa personnalité perverse au final. Nous retrouvons la figure du grand frère protecteur de Kôsuke, qui se doute des véritables intentions du professeur de chimie. Mais alors que son jeune frère prend conscience de ses véritables sentiments pour son professeur, Shibaura révèle ses sentiments et son désir profond pour son jeune élève. C'est ainsi que le professeur laissera libre cours à ses envies, et fera découvrir à Kôsuke les zones hérogènes de son corps, cachant leur proximité sexuelle aux yeux du grand frère protecteur se trouvant dans la même pièce. Malgré une intrigue plutôt banale en soi, la personnalité des personnages est plutôt touchante et on se laisse doucement embarquer dans cette relation encore jeune. En effet, pourquoi Shibaura fait de Kôsuke une exception ? Comment le grand frère de notre Uke amoureux va-t-il réagir maintenant que la relation est clairement entamée ? Un joli début d'histoire, attirant dans la perversion qu'il semble mettre finalement en scène, ne plongeant pas le lecteur dans un univers trop naif et bien pensant.


P.269 : "My demon and me" de Tsuta Suzuki



Résumé
: Aki est le dernier survivant d'une lignée maudite. Lorsqu'il tombe à son tour malade, il se souvient des dernières paroles de son grand-père et, croyant mettre la main sur un remède, libère le démon protecteur de la famille Setsu. Celui-ci propose de le soigner, mais la méthode est ... étonnante.

Un mot sur l'auteur : Née un 3 décembre, Tsuta Suzuki aime mêler yaoi et surnaturel. Bien que les intrigues frisent parfois le tragique, elles retrouvent toujours, finalement, le chemin de la comédie.

Avis : Be x Boy nous propose enfin un univers plus fantastique. Le changement de genre est une bouffée d'air frais en soi. Sans compter le fait que notre cher démon blond appelé "Tetsu" par Aki, est d'une beauté bestiale trés affriolante ! Aki vient de perdre son grand père et découvre qu'il est mourant par dessus le marché. C'est alors qu'il tombe sur ce démon, nu, qui peut aussi prendre une forme animale (ici un loup). Tetsu, notre démon à la chevelure flamboyante, propose à Aki de le guérir de sa malédiction en "mangeant" la subtance noire qui symbolise souvent le mauvais sort dans les mangas. Bien entendu, cette guérison nécessite une proximité corporelle intense et trés vite, Tetsu en profitera pour explorer le corps ainsi offert d'Aki, au grand dam de notre jeune uke brun ! La suite des évènements est prometteuse, face à ce nouveau démon moitié humain, moitié animal prêt à aller jusqu'au bout pour guérir Aki, quelque soit la façon dont il s'y prendra...

 

P.305 : "Whispers" de Bohra Naono



Résumé : Le petit ami de Renji vient de mourir. Devant son écran de télévision, il voit s'afficher son nom parmi les victimes d'un crash aérien. Alors qu'il est au bord du suicide, une voix familière vient pourtant l'empêcher d'accomplir son geste : Kazuki est devant lui ! Comment a-t-il survécu à l'accident ?

Un mot sur l'auteur : Entre les séries et les dôjinshi, Bohra Naono est une des mangaka les plus productives. Son style de dessin hyper réaliste est trés reconnaissable et il n'est pas rare que ses romances tournent au surnaturel.

Avis : Pour cette fin de chapitre, Naono nous plonge dans une ambiance intense et tragique dès les premières pages. La mort, le suicide, tout autant d'émotions fortes qui prennent à la gorge dès le départ de l'intrigue. Mais, revirement, Kazuki rentre à l'appartement comme si de rien n'était. Cependant, l'auteur nous laisse plusieurs indices nous indiquant que la situation actuelle n'a rien de vraiment normal. En effet, Kazuki a un comportement différent d'avant l'accident qui aurait dû lui coûter la vie : son regard semble vide, lointain et ses caresses se font plus brutales. Mais Renji préfère fermer les yeux, trop heureux de pouvoir retrouver son petit ami. Mais ce bonheur sera de courte durée puisqu'un soir, Kazuki apparait blessé, ses vêtements sont brulés et son corps disparaît de plus en plus. C'est ainsi que l'auteur nous fait comprendre que Renji est bien mort dans le crash de son avion et que son corps vient d'être retrouvé. L'esprit du défunt s'en va donc, laissant Kazuki seul mais bien vivant. Cette fin aurait pu être parfaite pour un One-Shot, mais l'auteur nous fait le plaisir d'un dernier rebondissement avec la rencontre 10 ans aprés de Renji, avec la réincarnation de Kazuki dans le corps d'un enfant de dix ans. La suite s'avère être encore plus intéressante que prévu et nous laisse en haleine pour cette fin du premier épisode Be x Boy !

Commentaires (2)

1. Knighty 21/11/2011

Oui largement :) la preuve, j'ai 12 ans et je les ai achetés à la fnac ^^ (j'étaie avec ma mère aussi mais je pense pas que ça pose de problèmes ;) )
sinon, j'ai bien aimé lire cette critique :p

2. Emi-chan (site web) 12/07/2011

Dites... C'est possibles de les achetés alors que l'ont est pas majeur ? (Pour info' j'ai 16 ans c'est pour ça)[i][/i][center][/center]

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×